L’homme avant le profit – le propre de l’Economie de Communion

Classé dans : Non classé | 0


Un courant d’entrepreneur, fonctionnaire, étudiants, chercheurs, hommes d’affaire et associations tous unis autour d’une seule vision : réduire l’inégalité et l’injustice sociale, promouvoir la culture du don et mettre l’être humain au centre de l’activité des entreprises. Ce courant porte le nom d’« Economie de Communion » (EdC).

L’EdC privilégie le style de vie de la gratuité, la relation entre humain dans les affaires. Le déclic de ce mouvement fut le constat de ChiaraLubich, fondatrice du Mouvement des Focolari. Celle-ci était en déplacement au Brésil précisément à Sao Paulo en Mai 1991. Frappée par la fragrance  inégalité socio-économique de cette ville, bidonville cohabitant avec des gratte-ciels, Chiara propose dès lors une révolution basée sur la « culture du don ». Avec le principe de l’EdC, les entreprises devaient quitter le principe de faire seulement de profits pour la créer des valeurs. Il s’agit de se défaire de l’esprit capitaliste. En 2015, l’EdC avait déjà atteint 800 entreprises et 13 000 personnes à travers le monde.

Intégrer l’ÉdeC est un engagement à vivre, avec l’aide de la spiritualité de l’Unité, les valeurs et la culture de la communion, à la fois personnellement  et dans les organisations dans lesquelles ils agissent. Ils s’engagent en particulier à faire pénétrer à tous les niveaux, dans le monde économique, la culture du don et de la communion, par les idées qu’ils proposent et par leur manière de vivre.

Le Casobu fait partie de ce réseau international. Il est parmi les pionniers dans ce courant au Burundi. Différentes activités de l’organisation reflète les valeurs fondamentaux  de l’EdC.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *