Par prise de conscience, Sophie a retrouvé sa dignité humaine

Mère d’un enfant issu hors mariage, Sophie a appris à supporter toutes les responsabilités familiales avec courage malgré les contraintes de la vie. Fille-mère qui travaillait dans un ménage jadis, a été  déçue par une aventure amoureuse et pour faire face à ses besoins, elle a fait recours à la prostitution. Un bon jour, elle a pris une décision de retrouver sa dignité et pour y arriver, elle devrait avoir une autre source de revenu. Elle s’est lancée avec passion dans le commerce. Forte d’esprit et toujours prête à saisir des opportunités qui se présentent dans la vie, elle ne craint pas d’abandonner une activité au profit d’une autre « digne» qui peut augmenter ses revenus. 

Sophie SABUMUREMYI, jeune lauréate du 3ème cycle du projet ARTE en faveur des jeunes démunis de la mairie de Bujumbura, a pu bénéficier de la formation technique en Petit Commerce. Elle a acquis des compétences pratiques et professionnelles dans la filière et a aussi bénéficié d’une sensibilisation sur les violences basées sur le genre (VBG), ce qui a réveillé en elle un esprit de vouloir revivre dans sa dignité perdue et abusée.

Face à ce choix radical, elle s’est engagée dans le commerce pour subvenir à ses besoins quotidiens. Elle décida de s’affirmer contre les sollicitations d’anciens partenaires sexuels, en prouvant qu’elle est aussi capable de se prendre en charge. «Ils m’appellent souvent et je leur réponds que je ne fais plus partie du groupe de ces femmes-là », a-t-elle affirmé. En ce moment, elle est très fière d’avoir eu le courage d’abandonner ce « vieux » habitude de prostitution et reste reconnaissante de l’apport inestimable du projet ARTE.       

«Maintenant j’ai un sentiment d’être moi-même car j’ai retrouvé ma dignité et s’il arrive d’avoir un problème financier, je fais recours à mes amies, telle est ma conviction », renchérit-elle avec assurance, tout en notant l’avantage d’être membre d’un groupe d’épargne et de crédit communautaire, CECI/SILC.     

Les violences basées sur le genre est l’un des thèmes transversaux du projet que bénéficient les jeunes démunis de 9 zones de la mairie de Bujumbura. Sophie est l’une d’eux, dont la vie a dignement changé et plus rassurante qu’avant.

Sophie est un des 205 jeunes vulnérables sensibilisés dans le cadre du projet ARTE (Appui au Renforcement des capacités Technique et Educative) mis en œuvre par AVSI et les partenaires OPDE et CASOBU, avec l’appui financier de l’Union Européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *